Retour aux blogue
Article par Nutritionr, 2017-07-19 12:44:22
Blogue

Au menu : le jeûne intermittent

J’ai faim. Mais aujourd’hui, je ne mangerai pas. Aujourd’hui, c’est mon jour de jeûne pour la semaine. Le mot vous fait peur? Voyons voir ce que cette nouvelle tendance alimentaire nous réserve.

 

Le concept n’est pas tellement novateur. Au Québec comme ailleurs, le Nord-Américain moyen consomme souvent (beaucoup) plus de calories que ce qu’il ne dépense en une journée.

Résultat? Prise de poids et problèmes de santé.

Solution? Manger moins et bouger plus.

Le jeûne intermittent, c’est tout simplement ça : manger moins. Or, plutôt que de réduire notre apport calorique jour après jour, il s’agit en fait de manger normalement pendant un certain temps, puis de se priver complètement, ou presque.

 

Bénéfices… possibles

Vous l’aurez deviné, comme c’est tendance, cette diète envahit les pages de nos magazines et de nos sites web préférés via ses porte-paroles, qui en chantent haut et fort les mérites.

C’est qu’il existe effectivement de plus en plus de recherches qui suggèrent que la technique de jeûne intermittent, lorsqu’effectuée de la bonne manière et suivant certaines conditions, pourrait :

  • Régulariser et diminuer le taux de glucose et d’insuline dans le sang;
  • Augmenter le taux d’hormones de croissance;
  • Diminuer le taux de gras tout en maintenant la masse musculaire;
  • Diminuer la pression sanguine;
  • Diminuer le taux de lipides dans le sang (triglycérides et cholestérol);
  • Accélérer le métabolisme;
  • Assister dans la perte de poids;
  • Agir comme agent anti-inflammatoire;
  • Améliorer et accélérer le renouvellement et la réparation cellulaire;
  • Améliorer la santé cardiovasculaire et certaines fonctions cérébrales;
  • Etc.

 

Le bémol

Wahoo, toute une technique alors!  Oui, mais…

Quand on s’attarde un peu dans nos lectures, on réalise rapidement que les études sur le sujet ne sont toujours pas vraiment concluantes.

Pourquoi? Premièrement, parce que la majorité a été effectuée sur des animaux… et (surprise, surprise) le corps humain ne réagit pas nécessairement de la même manière.

Quant aux études sur les humains, elles sont encore très récentes, peu nombreuses et impliquent généralement de petits groupes spécifiques.

Ce qui veut dire qu’elles ne s’appliquent pas nécessairement à monsieur-madame-tout-le-monde et que de grandes disparités pourraient être observées.

Par ailleurs, les effets pourraient être différents, voire même nuisibles, pour des personnes souffrant par exemple de diabète, de différents problèmes cardiaques, de troubles alimentaires, de problèmes de fertilité, etc.

 

Autres considérations

Ce qui convainc les adeptes, c’est souvent l’aspect « intermittent » ou la possibilité de manger normalement en dehors des périodes de jeûne.

Selon certains, il serait ainsi plus facile d’adhérer à ce type de diète et de la maintenir dans le temps. Intéressant donc pour les gens qui peinent à entretenir un apport calorique équilibré de manière continue.

Toutefois, cette « facilité » n’est pas la même pour tous et si certaines personnes trouveront effectivement qu’il est plus facile de jeûner par intervalle, d’autres risquent de se heurter à un mur.

Il faut également considérer les conséquences possibles sur l’humeur, la concentration, l’activité physique, etc.

Par exemple, les périodes de jeûne pourraient avoir des conséquences légèrement négatives sur la performance physique ou le niveau de fatigue pendant les entraînements sportifs.

Finalement, si votre définition de jeûne intermittent implique une alimentation excessive, remplie de malbouffe ou tout simplement pauvre en nutriments, vous ne serez probablement pas plus avancés.

 

Vous souhaitez vous lancer?

Pour la majorité d’entre nous, lorsque comparé à d’autres diètes restrictives, le jeûne intermittent permettra d’atteindre des résultats comparables, ni plus ni moins.

Comme certains trouveront plus facile d’atteindre leurs objectifs santés de cette manière, rien ne vous empêche de l’essayer pour en tester vous-mêmes l’efficacité et les effets sur votre mode de vie.

Pour ce faire, considérez les méthodes ci-dessous et n’hésitez pas à chercher davantage d’informations sur celle qui vous semble la plus intéressante. De plus, assurez-vous de lire attentivement la prochaine section (Les conditions) avant de commencer!

  • La diète 5:2, où l’on mange normalement pendant 5 jours, puis seulement 25% de notre apport calorique standard pendant 2 jours. Au final, cette technique équivaut à une diète restrictive où l’on ingère quotidiennement 80% de notre apport calorique normal.
  • Les restrictions temporelles, où l’on réduit la fenêtre de temps (de 4 à 12 heures) pendant laquelle toutes les calories de la journée doivent être ingérées. Souvent, cette technique équivaut à sauter le petit déjeuner en mangeant de midi à 20h par exemple.
  • La technique « eat, stop, eat », où l’on jeûne pendant une ou deux périodes complètes de 24 heures pendant la semaine.

 

Les conditions

D’abord et avant tout, si vous souffrez d’une quelconque condition médicale, discutez avec votre médecin avant d’entreprendre quoi que ce soit.

Ensuite :

  • Commencez tranquillement : une première période d’essai vous aidera à déterminer si la technique choisie est appropriée.
  • Planifiez la période de jeûne : assurez-vous de rester bien hydratés (beaucoup d’eau et de tisane, thé et café en petite quantité et sans sucres ajoutés).
  • Planifier les périodes où vous mangez : choisissez des aliments complets et naturels, éviter les produits transformés, etc. Bref, les mêmes conseils santé qu’en temps normal!
  • Ingérer la quantité nécessaire de calories, sans plus : évitez de rattraper les calories perdues pendant les périodes de jeûne (à noter que nous ne recommandons pas nécessairement de compter les calories, mais plutôt de vous assurer de manger en fonction de vos besoins réels).
  • Continuez à faire de l’exercice, mais modérer vos ardeurs lors des périodes de jeûne.

 

Au final

Que vous préfériez jeûner pendant 24 heures, manger six petits repas au cours de la journée ou vous en tenir au classique déjeuner-diner-souper, l’important est de vous sentir confortable avec votre alimentation et de choisir une méthode que vous aurez adaptée à votre corps, vos besoins, votre mode de vie, vos objectifs, etc.

Apprendre à bâtir de saines habitudes pour vous sentir bien, physiquement et mentalement, voilà la clé du succès, tout simplement!

Par Catherine L. Galvani pour Nutritionr


Retour aux blogue

On vous attend

À vos marques. Prêts?