Retour aux blogue
Article par Nutritionr, 2017-06-28 12:02:13
Blogue Collations

Nuit blanche à l’horizon? Plan de match santé

Échéances impossibles, bébés bien réveillés, appels conférences, escales imprévues à l’aéroport. Qu’on le veuille ou non, il arrive qu’une journée trop remplie déborde… jusqu’au lendemain matin.

 

Voilà, il est littéralement minuit moins une et vous jetez l’éponge. Cette nuit, c’est votre ordinateur et non votre oreiller qui vous tiendra compagnie. Vous anticipez déjà les répercussions de cette décision : mauvaise humeur, fatigue, manque de concentration, baisse d’énergie, problèmes de communication, mauvaises décisions… ouf!

 

Malgré tout, il est définitivement possible de survivre jusqu’au lever du soleil et de remonter la pente plus facilement au cours des jours suivants. Apprenez comment minimiser les conséquences et aidez votre corps et votre cerveau à mieux performer et récupérer.

 

AVANT - Faites des provisions de sommeil et d’énergie

Emmagasiner des heures de sommeil quelques jours avant votre nuit blanche : visez de 7 à 9 heures par nuit. Et si vous pouvez vous permettre de dormir plus longtemps, vous ressentirez encore moins les effets de la nuit passée à travailler.

 

Pour rester réveiller, votre corps utilisera davantage de vitamines B, une des clés pour la production d’énergie. Alors faites le plein avant et pendant votre nuit blanche :

  • Gruau, mélange de noix et de graines, épinards ou autres légumes verts, champignons, oeufs, produits laitiers, thon ou saumon, volaille, bananes, patates douces, légumineuses, etc.

 

PENDANT - Optimiser vos heures éveillées

Faites une sieste : moins de 20 minutes si vous êtes vraiment dans le jus, entre 60 et 90 minutes si vous avez plus de temps. Dans les deux cas, vous devriez vous réveiller dans une phase de sommeil légère, ce qui vous permettra de vous sentir plus reposés.

 

Chaque 45 minutes, levez-vous et marchez ou activez votre corps. Donnez également une pause d’écran à vos yeux afin de rester plus alertes.

 

Côté repas, vaut mieux manger un petit peu tout au long de la nuit plutôt que de consommer un ou deux gros repas. Cette technique vous permettra d’éviter les crashs d’énergie.

 

Aussi, mieux vaut éviter trop de sucres ajoutés; choisissez plutôt des collations alliant protéines et glucides (avec un index glycémique faible). Évitez également les choix trop lourds ou trop gras, qui vous endormiront sur-le-champ.

 

Des idées :

  • Un petit bol de yogourt grec nature (ou de fromage cottage) avec des petits fruits;

  • Un fruit avec une ou deux cuillères à table de beurre de noix;

  • Une poignée de noix et de graines mélangées;

  • Une petite portion de quinoa garnie de poitrine de poulet ou de tofu coupé en dés.

 

Nous vous conseillons également de boire beaucoup (beaucoup!) d’eau : de deux à trois verres chaque heure pour être bien hydratés, ce qui vous aidera à rester éveillés.

 

Pour ce qui est du café, tenez-vous-en à une ou deux tasses et prenez les avec une collation. Si vous en buvez trop, votre concentration risque de diminuer, ce qui n’est définitivement pas l’objectif.

 

APRÈS - Retour à la normale

Une sieste oui, mais ne brisez pas toute votre routine de sommeil en dormant toute la journée.

 

De plus, mieux vaut rester sages concernant votre consommation de café ou tout autre stimulant. Essayer d’en boire seulement le matin et pas trop en après-midi, afin de vous assurer de pouvoir bien dormir la nuit suivante.

 

Évitez aussi de trop manger. Quand on est fatigués, il est beaucoup plus difficile de suivre nos habitudes et objectifs santés. Misez sur des fruits et des légumes (pensez smoothies et salades), variez les couleurs dans votre assiette et restez bien hydratés.

 

Finalement… allez vous coucher pour une longue (on l’espère!) nuit de sommeil bien méritée.

 

Par Catherine L. Galvani


Retour aux blogue

On vous attend

À vos marques. Prêts?